21 Novembre 2017 à 07:10:59

Auteur Sujet: Vista : peut-on réellement parler de Release Candidate ?  (Lu 1554 fois)

Thierry

  • Rédacteur Admin
  • Intarissable
  • *****
  • Messages: 1846
  • Points gagnés: 10
    • Voir le profil
Vista : peut-on réellement parler de Release Candidate ?
« le: 12 Septembre 2006 à 19:17:50 »
Depuis la sortie de la Release Candidate 1 de Vista, des millions d’utilisateurs ont installé le système sur leur ordinateur, dans un cadre privé comme professionnel. Avec la pluralité des expériences constatées, on ne peut s’empêcher de faire un premier bilan.

Le premier constat est global et il concerne l’utilisation générale du système. Pour la grande majorité des testeurs, l’expérience s’est avérée positive, voire très positive. Vista répond souvent mieux que Windows XP, le lancement des applications est plus rapide, leur fonctionnement est souvent plus fluide ou au moins identique à celui sous XP et le système procure une impression de vitesse.

Toutefois, ceci n’est qu’une impression générale. Il est nécessaire d’approfondir un peu la critique car il faut garder en mémoire que l’on parle d’une Release Candidate, soit textuellement une version candidate à la commercialisation. Et là, quelles que soient les impressions obtenues avec l’utilisation globale du système, la réponse est claire : dans sa forme actuelle, Vista n’est pas prêt à la commercialisation.

Oui, les progrès sont flagrants depuis la bêta 2, la stabilité et les performances ont été très largement améliorées, le système répond bien mieux, les pilotes sont plus nombreux, les problèmes tendent à disparaître et certaines fonctions comme le Media Center ont bénéficié d’un gros travail. Toutefois, lorsque l’on parle de version finale, nous sommes encore loin du compte.

La qualité se mesure surtout aux détails, et force est de constater que les détails ne sont pas spécialement léchés. Il est encore étonnant, sur la RC1 de Vista, de trouver encore une fenêtre de Windows 3.1 lorsque l’on souhaite ajouter une police de caractère. Bien que très amélioré, le Media Center présente des lenteurs et un fonctionnement erratique que l’on ne peut tout simplement pas accepter lorsque l’on souhaite lire des fichiers aussi courants que les MP3.


L’interface, qu’on l’aime ou non dans sa partie purement graphique, n’est pas nécessairement non plus un modèle d’ergonomie. On ne rencontre pas de problème majeur, mais on se trouve souvent confronté à des petits riens qui s’amoncellent et indiquent que le travail n’est pas terminé. On citera par exemple la standardisation du bouton « Précédent » sous la forme d’une flèche bleue en haut à gauche de chaque fenêtre, ce qui peut agacer et dérouter les utilisateurs quand le bouton suivant, lui, garde sa place.

On ne peut pas parler de version candidate à la commercialisation quand l’explorateur de fichiers peine parfois misérablement à copier un ensemble de fichiers d’un disque dur à un autre alors que cette opération est très rapide sous XP. L’UAC (User Access Control), quant à lui, a été réellement amélioré mais peut parfois s’avérer d’une lourdeur embarrassante, en particulier lorsque l’on souhaite renommer quantité de fichiers. La fenêtre de confirmation apparaît alors pour chaque fichier, ce qui aura tôt de provoquer chez l’utilisateur un élan d’exaspération et la quasi-certaine désactivation de la fonction. On notera aussi que pour le moment, un nombre conséquent d’applications ne peut pas réellement fonctionner correctement si l’on ne fait pas un clic-droit sur le raccourci pour lancer le programme « en tant qu’administrateur », ce qui provoque bien entendu une nouvelle fenêtre de confirmation de l’UAC.


En fait, entre la sortie de cette RC1 et le terme de « Release Candidate », il existe tout un monde. D’après les aveux même de Microsoft, il reste encore beaucoup de travail entre aujourd’hui et la sortie mondiale en janvier. Depuis quelques jours, les analystes, en particulier Joe Wilcox de Jupiter Research, fustigent l’éditeur pour la déformation des termes « release candidate », car il est clair que la RC1 n’est pas candidate à la commercialisation. Décidément, après la dénaturation du mot « bêta » par Google, nous n’allons plus savoir comment appeler un chat.

Pour être plus exacts, nous devrions parler de la RC1 en tant que bêta 3. Toutefois, il est clair que Microsoft a fait le plus gros du travail, et le système présente d’indéniables qualités, sans parler des problèmes de performances que l’on peut rencontrer sous XP et qui n’existent plus ou presque plus sous Vista. Cependant, il reste du travail dans une infinité de détails, détails que l’on ne peut ignorer avec une utilisation quotidienne, quand les performances, la stabilité et les effets de transparence ne sont plus suffisants.



Source PCINpact